Mieux conduire un véhicule utilitaire

Circuler dans l'entreprise

Il n’y a pas que sur la route qu’il faut être prudent. Au sein même de l’entreprise, des accidents routiers ont lieu. Il existe cependant des moyens pour limiter les risques.

La circulation dans l’entreprise englobe l’ensemble des déplacements des personnes mais également les moyens de transport et de manutention de matériaux et de produits à l’intérieur de l’entreprise (à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments).

L’évaluation des risques permettra de mettre en place des aménagements adaptés afin de faciliter et de sécuriser les déplacements des usagers dans l’entreprise (personnel, clients, fournisseurs, secours, etc.). La prévention est cependant essentielle pour maximiser leurs effets…

Pourquoi se préoccuper de la circulation des usagers dans l’entreprise ?

Il vaut mieux s’en soucier car un accident routier survenu sur le site de l’entreprise sera considéré comme un accident du travail, au même titre qu’un trajet de mission ou qu’un trajet domicile-travail. Il représente même près d’un tiers des accidents ! (source : INRS)

Par ailleurs, la gestion des déplacements a une influence sur la rentabilité de l’entreprise, car elle permet :
- De gagner du temps
- De gagner de la place, en optimisant les lieux
- De réduire les coûts (perte de marchandises, frais de réparations suite à des collisions, désorganisation des services, etc.)
- D’améliorer l’image de l’entreprise (image de marque auprès des clients, amélioration des relations sociales, etc.)
 
 

Évaluation des risques de circulation

Pour évaluer les risques, vous devez examiner plusieurs éléments dans votre entreprise.

  • Importance du trafic
     - Nombre de véhicules circulant dans la zone
     - Nombre de trajets effectués par les engins et VUL par jour, heure
     - Fréquence des entrées et sorties d’entreprises extérieures (livraison, expédition, maintenance, nettoyage, etc.)
 
  • Présence d'obstacles permanents sur, ou aux abords, des lieux de circulation
 - En hauteur : portails, câbles, fils, etc.
 - Au sol : canalisation, dénivelé, saillies, rails, etc.
 
  • Encombrement
       - Stockage provisoire de marchandise
       - Dépôt provisoire d’objets ou matériel sur les voies de circulation (caisses, déchets, palettes, etc.)
 
  • Dimension des voies de circulation et des accès
 - Hauteur et largeur suffisantes pour circuler dans les deux sens ?
 - Distance de sécurité suffisante à proximité de zones à risques (voie ferrée, canal, etc.) ?
 
  • Éclairage (de jour et de nuit)
 - Repérage des zones d’ombre et d’éblouissement
 - Repérage des interrupteurs
 
  • État des sols et surfaces de circulation
 - Sols glissants (eaux, corps gras, neige, etc.)
 - Sols inégaux (dénivelés, nids de poules, affaissements, saillies, etc.)
 - Sols défectueux (dégradation du revêtement, usures, etc.)
 
  • Endroits dangereux
     - Croisements, intersections
     - Aires de manœuvre, de stockage, de stationnement
     - Aires de circulation (VL, VUL, deux-roues, piétons, engins)
     - Endroits à hauteur maximale, à poids maximal, à largeur maximale
 
  • Visibilité
 - Coins, angles morts
 - Présence d’arbres ou d’immeuble obstruant la vue
 
  • État des moyens de liaison entre niveaux
 - Marches
 - Plates-formes, passerelles
 - Revêtements des rampes d’accès
 
  • État des moyens de transport
 - Fréquence d’entretien
 - Repérage des utilisateurs multiples

 

    
Mesures à prendre
 
Une fois les facteurs de risques identifiés, il est possible de mettre en place des mesures adaptées.
 
  • Concevoir un  plan de circulation
Une fois les moyens de transports identifiés et les itinéraires connus (ainsi que leur fréquence), il est possible de déterminer un plan qui va permettre de créer des zones spécifiques et de les situer logiquement les unes par rapport aux autres.
 - Créer des zones de circulation distinctes (piétons, voitures, VUL, engins, etc.)
 - Définir des aires (stockage, stationnement, livraison, chargement, etc.)
 - Adapter les dimensions des voies et aires aux flux de produits, matériaux et véhicules qui y circulent (ex : les camions de pompier ont besoin d’une largeur d’au minimum 4m pour passer)
 - Prévoir des accès handicapés
 
Ce plan sera édité et affiché afin d’être visible par tous. Il comprendra le plan du site avec les différents bâtiments, les issues de secours, les voies et sens de circulation, les zones spécifiques, etc.
 
  • Créer une signalétique
La signalétique va permettre aux différents usagers de lire les indications et donc de s’y retrouver.
 - Panneaux de signalisation : entrée, sortie, issue de secours, etc.
 - Marquages au sol : passages piétons, zones de stockage/chargement/livraison/…, voie de circulation spécifique, etc.
 - Indication des zones à risques : dénivelés, obstacles (marches, trottoir, câbles, …) intersection, etc.
 
  • Gérer l’accueil
Il vous faut gérer l’accueil des entreprises et personnes extérieures (livraison, maintenance, clients, etc.) afin d’éviter que leurs croisements n’engendrent des accrochages voire des collisions entre leurs véhicules, mais également pour éviter qu’ils ne perdent du temps à errer inutilement dans vos locaux à la recherche d’un interlocuteur…
 - Définir un point d’accueil commun pour les formalités administratives
 - Prévoir une salle d’attente, si possible attenante à l’accueil, avec un accès au téléphone, à un distributeur d’eau, etc.
 - Si besoin, distribuer des plans des locaux (internes et externes)
 - Si possible, définir des plages horaires pour l’accueil de personnes/ entreprises régulières
 
  • Assurer la sécurité du site
 - Laisser libre l’accès aux issues de secours
 - Veiller à ce que la largeur de leurs ouvertures soit adaptée aux nombre de personnes à évacuer
 - Rendre les obstacles et zones dangereuses visibles (plans inclinés, marches, etc.)
 - Prévoir rampe ou main courante dans les escaliers
 - Penser à un éclairage au sol
 - Utiliser des revêtements de sol adaptés
 - Prévoir si besoin des aménagements pour limiter les excès de vitesse (ralentisseurs, giratoire, etc.)
 - Matières dangereuses : respecter scrupuleusement la réglementation qui s’y rattache

 

 

Information et prévention
 
Il convient d’informer les personnes concernées (le personnel en premier lieu) des nouvelles dispositions au sein de l’entreprise. Les personnes doivent être sensibilisées à la sécurité routière sur leur lieu de travail, notamment lorsqu’elles conduisent des VUL et autres engins de chantier.
 
L’information et la prévention sont les premiers pas vers la compréhension des règles et donc le respect de celles-ci.
 
Certaines règles peuvent être inscrites dans le règlement intérieur de l’entreprise, mais il faut également communiquer de façon plus visible (réunions, affiches, etc.)
 
Le plan de circulation doit être édité et affiché de façon claire pour tous.
 
 
Consignes non- respectées = problèmes de discipline ?
 
Si les procédures ne sont pas suivies, il peut s’agir d’un manque de discipline, mais pas uniquement.
Il est en effet possible de repérer ce qui ne fonctionne pas et d’adapter ainsi les mesures amorcées.
Par exemple :
 - Stockage anarchique des marchandises = manque de place ? Aires de stockage saturées ?
 - Vitesse excessive, non-respect des priorités/signalisation = parcours inadapté ? Délais trop court ?
 - Parking sauvage = manque d’informations ? De signalisation ?
 - Cheminement des piétons hors zone prévue = manque d’informations ? De signalisation ?
 - Conduite sans permis ou sans autorisation = manque de formation ? De personnel qualifié ?

 

Les outils

OSCAR

Oscar est un outil de sensibilisation au risque routier dans le cadre de la prévention des accidents du travail. il a été mis en place par la Centre Technique d'Applications et d'Innovation de l'artisanat (CTAI) de Colmar

Cliquez-ici pour accéder au site OSCAR

PEDRO

Le plan d'évaluation et d'actions des risques routiers (PEDRO) vous permet de situer l'exposition aux risques routiers, de mesurer le niveau de prévention du risque, de préparer le plan d'action.

Cliquez-ici pour accéder au site PEDRO